CHAUFFEURS

SÉCURITÉ ROUTIÈRE DES CHAUFFEURS

Conduire est une tâche complexe, quel que soit le véhicule (voitures ou poids lourds), qui oblige le chauffeur à mettre en œuvre de nombreuses facultés : attention, observation, interprétation.   

Les situations de conduite sont multiples, les risques d’accidents sont donc multiples également.

Selon une étude française, sur un parcours d’un seul kilomètre, chaque conducteur fait en moyenne 200 observations et prend 20 décisions. À ce constat, il faut en ajouter deux autres :

  1. Même un bon conducteur commet une erreur de conduite tous les trois kilomètres.
  2. Le comportement des conducteurs est mis en cause dans 95 % des accidents de la circulation.

Conduire est une tâche qui exige des compétences.

EN SAVOIR PLUS…

La multiplicité des situations de conduite constitue autant d’occasions de risques de dysfonctionnements, donc d`accidents, lorsque l’usager automobiliste n’est pas préparé : la conduite de nuit est différente de la conduite de jour, on ne circule pas de la même manière en ville ou hors agglomération, les paramètres d’accident liés à la vitesse ou à l’alcool sont souvent méconnus, la perception du risque est différente selon l’âge et le sexe.

Conduire est une tâche complexe mais aussi une grande responsabilité envers les autres, et particulièrement envers les usagers de la route les plus fragiles : les piétons.

Quand un piéton est heurté par un véhicule, c’est la force de l’impact initial qui détermine la gravité des blessures, souvent aux membres inférieurs. Ces blessures peuvent être multiples : au-dessus de 50 km/h, la vitesse du véhicule peut projeter la victime par-dessus le capot et à travers le pare-brise.

Mais des blessures peuvent aussi être causées si la victime est projetée à l’arrière par-dessus le toit.

Là, des blessures peuvent encore s’ajouter si un autre véhicule arrive et heurte à nouveau la victime.

Ne jamais oublier : en ville, réduire la vitesse en-dessous de 50 km/h.

RECOMMANDATIONS DE BASE À RESPECTER PAR LES CHAUFFEURS

  • CRÉEZ UN ESPACE DE SÉCURITÉ AUTOUR DU VÉHICULE (distance de sécurité en file et en dépassement)
  • VOYEZ ET SOYEZ VU (capacité visuelle, état du pare-brise et des essuie-glaces, rétroviseurs intérieur et extérieur bien réglés, bien gérer les angles morts, lumières à vérifier : feux avant et arrière, flashers, warnings)
  • REGARDEZ devant près et loin, à droite et à gauche car le danger est partout. UTILISEZ FRÉQUEMMENT LES RÉTROVISEURS.
  • NE DÉPASSEZ JAMAIS sans une visibilité suffisante.
  • NE FAITES JAMAIS CONFIANCE AUX AUTRES USAGERS : réduisez votre vitesse, notamment en ville, anticipez, c`est-à-dire regardez/analysez/ralentissez aux intersections même si vous êtes prioritaire.
  • ADAPTEZ VOTRE CONDUITE AUX CONDITIONS ET AUX CIRCONSTANCES : nuit, pluie, brouillard, en milieu urbain, en zone rurale, en présence de piétons et de cyclistes (ralentir)
  • VÉRIFIEZ SOUVENT L’ÉTAT DE VOTRE VÉHICULE : pneus (usure, pression, équilibre, parallélisme), amortisseurs, système de freinage, voyants lumineux.
  • ATTACHEZ VOTRE CEINTURE et vérifiez que tous les passagers sont bien attachés.
  • ADOPTEZ UNE CONDUITE CALME.
  • NE BUVEZ JAMAIS D’ALCOOL AVANT DE PRENDRE LE VOLANT, NI AUCUN PRODUIT ILLICITE.
  • N’UTILISEZ PAS LE TÉLÉPHONE en conduisant, même en kit mains libres.
  • NE RETIREZ PAS LES APPUIE-TÊTES, c`est un système de sécurité passive très important.
  • N’OUBLIEZ PAS QUE LA FATIGUE AU VOLANT PRODUIT LES MÊMES EFFETS QUE L`ALCOOL (temps de conduite, conduite de nuit, long trajet sur les voies rapides).
  • NE SORTEZ JAMAIS À PARTIR DES CONDITIONS CYCLONIQUES DE CLASSE 3.